Le projet « in box » fait référence à « l'homme-boîte » de Kôbô Abé et à son anti-héros photographe qui bascule dans la marginalité et l'exclusion volontaire en vivant la tête et le haut du corps dans un carton percé. A l'instar du héros de Kôbô, le statut d'étranger établit un rapport avec le monde extérieur rassurant et protégé. Il place l'être en voyeur passif et marginal. La boite est ici maison et protection, contenant les êtres comme objet. Placés à l'intérieur le visiteur visionne les centaines de participants de « mises en boite » précédentes pendant que lui-même est pris en photo ainsi rendu anonyme.
vidéo

anatomies deeping recortes lixo cocoons impaciences 1m² ten-ten in box